Archives pour: Janvier 2006

29.01.06

Permalien 19:17:49, par Denis Email , 303 mots   French (FR)
Catégories: Commentaires du jour

Le verre à moitié vide

Les réactions au projet du gouvernement de Contrat Première Embauche sont un bon exemple du dogmatisme, de la mauvaise foi idéologique de ceux qui prétendent défendre les intérêts des salariés contre les employeurs (sans parler des tentatives de manipulation de la part des organisations étudiantes). Ce sont là les vrais "déclinologues", ceux qui ne voient que les risques et jamais les opportunités, ceux qui voient toujours le verre à moitié vide (et il regrettable que le Premier ministre leur aient assimilé ceux qui, tout en insistant sur l’urgence de faire que le verre soit de nouveau rempli, le voient quand même à moitié plein). Syndicats et partis de gauche dénoncent en effet la précarisation des jeunes (comme s’ils étaient déjà tous installés dans un emploi stable) et ne voient dans ce contrat que le risque de rupture à l’initiative de l’employeur au cours des deux premières années. Aucun n’y voit l’opportunité pour les jeunes concernés de décrocher un contrat de travail plutôt que rester au chômage, d’acquérir une expérience et des savoir-faire et donc d’accroître leur valeur sur le marché du travail. Et au bout de 12 ou 18 mois, la possibilité pour certains de ces jeunes de prendre l’initiative de la rupture de ce contrat parce qu’une autre entreprise leur proposera une rémunération plus élevée ou plus d’avantages ou les deux à la fois pour pouvoir disposer de cette expérience et de ces savoir-faire. Avec, à la clé d’ici quelques années, un cercle vertueux qui verra les entreprises revenir d’elle-même au traditionnel CDI lorsqu’elles n’arriveront pas à recruter en proposant un Contrat Première Embauche.

15.01.06

Permalien 19:59:49, par Denis Email , 302 mots   French (FR)
Catégories: Commentaires du jour

Le dernier avatar de la pensée unique

La crise des banlieues et le rapport Pébereau sur l’endettement de la France ont été deux signaux forts montrant que la France allait dans le mur, qui plus est en klaxonnant. Tous ceux qui s’en alarmaient et tentaient d’alerter l’opinion publique depuis des mois voire des années, auraient dû pouvoir se féliciter du début de prise de conscience qui s’en est ensuivie. Ils se retrouvent en fait depuis quelques semaines cloués au pilori par certaines têtes bien pensantes du pouvoir politique et des médias. Déclinologue, défaitiste, pessimiste du Café du Commerce, ces têtes bien pensantes n’ont pas de mots assez durs pour fustiger et désigner à la vindicte publique ceux qui ont osé avoir raison avant eux. Une mise au point s’impose : la plupart de ceux qui, à l’instar de l’auteur de ces lignes, s’inquiètent du gonflement de la dette publique, de la faiblesse de la croissance ou de la situation de nombreux Français confrontés au chômage et à la misère (Cf. à ce propos le rapport récent de l‘Union des Familles en Europe) ne sont pas des tenants du déclin, et encore moins des défaitistes qui penseraient que les Français sont des nuls et que seul ce qui se fait à l’étranger est valable. La France dispose d’énormes atouts dans de nombreux domaines (technologique, médical, touristique, culturel etc). Et ce sont justement ces atouts, qui d’une part lui permettent de supporter tous les gaspillages de l’argent public que dénonce encore Jacques Marseille dans Le Point de cette semaine, et qui d’autre part, laisse espérer que, malgré les difficultés, il est encore possible de s’en sortir.

01.01.06

Permalien 07:01:10, par Denis Email , 353 mots   French (FR)
Catégories: Commentaires du jour

Bonne année 2006 !

En ce début d’année propice aux vo eux et aux bonnes résolutions de toute sorte, je fais un vo eu : que tous nos dirigeants politiques prennent la résolution de faire preuve en 2006 de franchise, de sincérité, d’objectivité, de courage, de transparence, de bonne foi, de réalisme. Parce que chacun, y compris l’auteur de ces lignes, ne peut que souhaiter que 2006 soit l’année d’une prise de conscience collective de l’urgence des réformes et du rassemblement de tous les Français autour d’un projet mobilisateur et porteur d’espoir. Ce qui suppose de leur expliquer, sans détour et en toute objectivité, les tenants et les aboutissants des différents choix qui s’offrent à eux. Le choc des ambitions personnelles et les querelles d’ego, que ce soit entre le Premier ministre et son ministre de l’Intérieur ou entre les multiples présidentiables du PS, ne laissent malheureusement rien augurer de tel et font plutôt craindre que les douze prochains mois soient exclusivement consacrés aux mano euvres politiciennes en vue de l’élection présidentielle de 2007 plutôt qu’aux nécessaires efforts de pédagogie à l’égard des électeurs. Il n’est toutefois pas impossible qu’aucun d’entre eux n’accède finalement à la fonction suprême. Au cours des mois tumultueux qui s’annoncent, la moindre étincelle peut mettre le feu aux poudres comme l’a montré la crise récente des banlieues. Dans les situations de crise, il n’est pas rare qu’émerge une personnalité libre des errements du passé, un homme ou une femme que personne n’attendait, mais à qui tous reconnaissent la légitimité nécessaire pour redresser la situation. A l’instar d’un Winston CHURCHILL, qui prêcha dans le désert tout au long des années trente pour dénoncer le danger que constituait le régime nazi et ne se compromit pas dans la politique d’apaisement, ce qui lui conféra une légitimité incontestable pour exercer le pouvoir quand l’orage survint.

A propos de l’auteur

Contact : denis@deniscastel.fr

Vers le blog Le temps d'agir

Mentions légales : Ce site est hébergé par Strato AG, Pascalstrasse 10, D-10587 BERLIN. Adresse postale : 68, rue du Faubourg Saint-Honoré -75008 Paris Site dispensé de déclaration CNIL en vertu de la "délibération n°2005-284 du 22 novembre 2005"

Rechercher

Le blog demandé n'existe plus!
powered by b2evolution